PSI MALI

MGF/ Excision

Les Mutilations Génitales féminines ou MGF/Excision, un enjeu de santé publique.

Au Mali, parmi  toutes  les  pratiques  traditionnelles  néfastes  qui  touchent  les  femmes  et  les  petites filles , les MGF/ Excision  restent  les plus  répandues.

Cela  se  traduit  par  le  fort  taux de  prévalence  qui  est  de  85%  chez  les femmes  de  15  à  49  ans  (EDSM-IV, 2006)  et  84% chez  les  filles  de  0  à  14  ans  selon  l’Enquête  Nationale sur  l’Excision  réalisée  par  le MPFEF/PNLE  en  2009.

 Elle  constitue   sans  doute  un  problème  de  santé  publique  à  cause de  ses  conséquences  graves  sur  la  santé  sexuelle  et  reproductive. Les  conséquences  sont surtout  psychosociales. L’excision  constitue  également  une  violation  des  droits  humains fondamentaux  de  la  fille  et  de  la  femme.

Grâce à l’appui de la Coopération Allemande avec la KFW, PSI Mali mène plusieurs activités de communication interpersonnelle pour l’abandon de la pratique de l’excision dans la région de Koulikoro et dans le cercle de Kati. Au-delà de ces zones, des spots d’information et de sensibilisation sont faites à travers 114 radios communautaires sur toute l’étendue du Mali.

Projet des activités de communication interpersonnelle pour l’abandon de la pratique de l’excision dans la région de Koulikoro et dans le cercle de Kati

C’est dans la région de Koulikoro que l’ampleur de la pratique des MGF/Excision est très élevée (97,4%).

C’est pourquoi, il existe une politique et un plan d’action national pour la promotion de l’abandon des MGF/Excision.

PSI Mali avec d’autres organisations locales comme ASDAP et GRAF PF se sont assigné la mission commune de contribuer  aux efforts du Ministère de la Famille, de la Promotion de la Femme et de l’Enfant, dans le cadre de la lutte pour l’abandon de la pratique de l’excision.

Financement et partenaires

– La principale source de financement pour ce projet de PSI Mali  est la KFW.
– Les partenaires sont ASDAP, GRAF/PF, les autorités locale (Ministère de la Santé et Ministère de la promotion de la femme et des Enfants),  – les services socio sanitaires, éducation, organisations communautaires, population en générale ;
– Groupes cibles: Femmes, hommes, jeunes, enfants.

Les principales activités pour l’abandon de la pratique des MGF/Excision au Mali sont :

– L’Organisation des sessions de plaidoyer ;
– Organisation d’une formation initiale de 20 relais villageois (deux relais par site d’intervention) ;
– Recyclage des relais villageois ;
– Supervisions des activités des relais ;
– Motivation des relais villageois ;
– Formation des  décideurs et leaders communautaires locaux (chefs de villages, religieux, leaders des femmes, jeunes, exciseuses, matrones, enseignants etc.) ;
– Organisation d’une activité de mobilisation communautaire (masse) par trimestre renforcée par les séances théâtrales pour la deuxième phase;
– Organisation des causeries interpersonnelles par jour ;
– Organisation de  projections de film dans le mois ;
– L’identification et la référence des victimes vers les centres de prise en charge à travers la réalisation les visites  à domicile.
– Organisation  au cours de l’année des  débats pré enregistrés sur les radios de proximité avec des personnes influentes des différentes zones couvertes ;
– Organisation de session de suivi-supervision au moins 1fois par trimestre sur les terrains par PSI et par la direction de l’ONG et une fois par semestre qui est conjointe dans le but  de suivre les activités de l’animateur et apprécier   l’évolution de la mise en œuvre du projet ;
– Rédaction et envoie de rapport mensuel de l’animateur au  coordinateur ;
Rédaction et envoie de rapport trimestriel du  coordinateur  à PSI- MALI.

Stratégies d’intervention

Il existe plusieurs intervenants de la lutte pour l’abandon de la pratique de l’excision.

Au niveau communautaire, des animateurs et relais mènent des actions de:

– Sensibilisation de proximité (causeries éducatives, visites à domicile et projection de film) ;
– Renforcement des capacités des animateurs du projet ;
– Renforcement des capacités des relais ;
– Sensibilisation à travers les médias (débats radiophoniques);
– Mobilisation sociale et plaidoyer pour l’abandon de la pratique de l’excision ;
– Suivi  évaluation ;
– Rapportage.

CELEBRATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LUTTE POUR L’ABANDON DE LA PRATIQUE DES MGF/EXCISION

Chaque année, PSI Mali à travers le financement de la KFW, participe auprès du Ministère de la Promotion de la Femme, de l’enfant et de la Famille aux festivités de la journée du 6 février.

Cette journée est un cadre d’information et de sensibilisation en faveur de l’abandon des Mutilations Génitales Féminines et Excision de toute sorte organisée par le Programme National de Lutte contre l’Excision au Mali (PNLE).

Categories